AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 all my tears they've been used (Penny&Aaron)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MEMBER ♧ MY EX SAID TO MOVE ON.
avatar

MEMBER ♧ MY EX SAID TO MOVE ON.

⊱ TA CÉLÉBRITÉ : Jamie Dornan
⊱ MESSAGES POSTÉS : 262
⊱ POINTS DU POSTEUR : 1
⊱ ICI DEPUIS : 24/09/2014
⊱ TES CRÉDITS : bedshaped
⊱ EMPLOI/ÉTUDES : Plongeur à l'Aquarium
⊱ PSEUDO/PRÉNOM : Hana.

⊱ LIKE AN OPEN BOOK
⊱ UN PEU PLUS SUR MOI:

MessageSujet: all my tears they've been used (Penny&Aaron)   Sam 27 Sep - 15:26


all my tears they've been used
PENNY&AARON

Les remparts de son cœur sont fermés à double tour depuis le jour fatidique où il est venu chez elle pour la trouver en compagnie d'un autre homme. Pénélope est la seule à avoir la clé. L'unique personne capable de lui permettre d'ouvrir son cœur à nouveau. Il a été si piétiné, bafoué. Aaron n'est pas sure de vouloir laisser à quelqu'un d'autre ce pouvoir sur lui. Elle l'a rendu mauvais, aigri. C'est cette raison qui le pousse à se montrer si dur avec Mei. Six ans à la croiser au détour du supermarché ou tenant la main de son mari dans les rues de la ville et prendre soin de l'éviter comme la peste. Ce qu'elle représente aujourd'hui pour la gueule d'ange. Une peste qui la contaminé et dont il n'arrive pas à se guérir. Ses sourcils se froncent lorsqu'il l'aperçoit, elle est belle, dans son tailleur, chaque courbe de son corps s'offre à sa vue, un léger décolleté laisse entrevoir une lingerie saillante et hors de prix. Elle lui veut du mal. Elle aurait pu faire comme toutes ses femmes mariés et faire moins d'effort pour être sexy une fois la bague passée au doigt. Il se ressaisit alors que leurs regard se croisent dans un instant magique. A quoi bon se mentir, cette alchimie est palpable. Entre eux, c'est une évidence. Ils peuvent se mentir l'un et l'autre autant qu'ils le souhaitent, la vie les ramènera probablement toujours ensemble. Il ne guérira pas de cet amour.

Il se souvient de chaque détail, l'odeur de son parfum, celle de son shampoing. Le gout de ses lèvres. La douceur de sa peau. Chaque détail le ramène avec une amertume terrifiante à la réalité. Pense à de la boue, c'est ça de la boue. Il ferme les yeux quelques secondes. Et quand il les ouvre à nouveau, elle se trouve juste devant lui, à quelques pas mais la proximité est dangereuse entre ces deux là. Les bras croisés contre la poitrine, elle le fixe. Juste à côté d'elle, Mme Fitzbert. Mon petit Aaron, vous aideriez bien Pénélope à accrocher la banderole pour demain, je fais des soldes dans mon magasin mais je suis trop vieille pour monter sur cette chaise et l'aider. Il avale difficile sa salive. Il évite son regard, pour ne pas se perdre dans ses iris d'un bleu azur. Euh... Bien sur Mme Fitzbert. Cette vieille est toujours charmante avec lui, il ne peut pas lui refuser ce service. Il prend son bout de banderole dans la main et il monte sur la chaise sans dire un mot à Penny, pas même bonjour. Il sait comment ça finira s'il lui adresse la parole, il est trop faible. Il risquerait de perdre son sang froid, de dire des choses enfouies depuis trop longtemps et de la blesser inutilement. Cette idée lui déplait car il lui voue encore un culte et la blesser n'est pas ce qu'il souhaite. Son bonheur reste la chose la plus importante pour le jeune homme.

_________________
ABSENTE DU DIMANCHE 5 OCTOBRE A... QUAND BOUYGUES VOUDRA BIEN ME LIVRER MA BOX.
always love.
i'm searching for your hand, all i have, all i need, is the air i would kill to breathe. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ♧ MY EX SAID TO MOVE ON.

⊱ TA CÉLÉBRITÉ : Amber Heard.
⊱ MESSAGES POSTÉS : 32
⊱ POINTS DU POSTEUR : 53
⊱ ICI DEPUIS : 26/09/2014
⊱ TES CRÉDITS : Wild heart (avatar), Wild heart (signature).
⊱ EMPLOI/ÉTUDES : Styliste à l'opéra, elle s'occupe et supervise la création de nouveaux costumes.
⊱ PSEUDO/PRÉNOM : Purpose.

⊱ LIKE AN OPEN BOOK
⊱ UN PEU PLUS SUR MOI:

MessageSujet: Re: all my tears they've been used (Penny&Aaron)   Dim 28 Sep - 20:56

all my tears they've been used
PENNY&AARON

Le chagrin amoureux semble pouvoir transformer les gens en monstres de tristesse. Aaron n'avait pas semblé vouloir reprogrammer la mécanique de son coeur brisé. Il n'avait pas guérit et Penny pouvait le sentir. Elle voyait ses yeux, autrefois joyeux et rieurs. Aujourd'hui, ces sentiments semblaient avoir été piétinés dans la poussière. Elle sait qu'ils s'évitent – où qu'il l'évite plutôt. Peut être était est-ce mieux ainsi, puisque mettre ces deux dans une même pièce pouvait rendre l'atmosphère brûlante. C'étaient deux allumettes vivantes qui s'enflammaient d'amour et que tout le monde jalousait pour cette alchimie incompréhensible. Un regard et ils riaient. Un mot et ils savaient. Et même si aujourd'hui, ils sont plus étrangers que jamais, il semble qu'ils se connaissent encore par coeur. Elle l'évite parce qu'elle ne veut pas lui faire de mal à nouveau, même si il sait très bien que pour elle, se faire briser cinquante os aurait été moins douloureux que de le quitter.

Pénélope avait accepté d'aider Mme Fitzbert en ce vendredi après-midi. La blonde s'offrait souvent cette journée pour rester chez elle et confectionner de nouveaux vêtements, dans sa tête. Dans ses rêves. Des vêtements qu'elle aimerait mettre sur table mais que personne, encore aujourd'hui, n'a daigné lui demander. Alors pour une fois qu'elle n'avait pas décidé de fuir ses rêveries en faisant les courses, elle se trouvait là, en tailleur, à aider cette pauvre petite vieille. Elle n'avait pas pensé accrocher des banderoles, simplement passer un coup de balais ou rentrer des articles en rayon, sinon elle serait surement passée chez elle afin de mettre un t-shirt et un pantalon plus adéquats. Elle a l'air fine maintenant comme ça, à devoir se percher sur un escabeau pour réussir à combler les désirs de Mme Fitzbert. Et il fallait que ce soit Aaron qui passe dans la rue pour l'aider. Toutes ses pensées se perdirent en chemin lorsqu'elle le vit d'aussi près – son coeur implosa. Ses jambes semblaient vouloir se dérober sous elle pour fuir loin de cet homme. Mais elle ne montra rien. Pas une once de déstabilisation se faisait ressentir, elle semblait sûre d'elle, comme toujours. Elle avait simplement tressailli sans savoir s'il l'avait vue. Mais elle était sure qu'il savait l'effet qu'il avait encore sur elle. Elle aurait été capable de tout pour lui. Son cerveau commande un sourire à ses souvenirs mais le message à du se perdre en route. Elle reste comme tétanisée. Une machine qui bouge et monte sur la chaise en lui lançant un regard – il ne fait pas attention à elle. Elle ne sait pas quoi dire. L'angoisse tisse une toile d'araignée dans sa gorge, sa voix est prise au piège. La blonde aimerait se montrer forte, mais elle sent qu'elle craque de toutes parts. Il faut se ressaisir. Ne pas penser à ses doigts habiles sur sa peau blonde, ou perdus dans ses cheveux. À ses baisers sur sa hanche.

Elle se hisse sur la pointe des pieds en réussissant à passer le fil tenant la banderole pour la faire tenir. Penny jette alors un regard à Aaron, mais s'aperçoit que celui-ci n'a pas le fil nécessaire à passer dans la boucle et qu'il tente désespérément d'y arriver sans. Il ne veut pas te demander pense-t-elle. Puis, sans réfléchir, elle attrape un de ces nombreux fils qu'elle avait coincé au niveau de la couture de sa jupe, avant de le lui tendre.
“Désolée, ça ira mieux comme ça...”
Il met un certain temps avant de les saisir et de frôler ses doigts. Un courant électrique affreusement délicieux parcours alors le corps de la blonde. Contrôle-toi. Mais c'est peine perdue : le pouvoir qu'il a toujours eu sur elle s'infuse dans ses veines comme un poison. Même pire, comme une drogue, tentant de la faire devenir accro pour toujours. Elle ne pense alors qu'à une seule chose, le retrouver. Ses pensées sont un flot de confusion qui va et viennent sans ordre précis et sans clarté.
Comment serait-il possible de le retrouver ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEMBER ♧ MY EX SAID TO MOVE ON.
avatar

MEMBER ♧ MY EX SAID TO MOVE ON.

⊱ TA CÉLÉBRITÉ : Jamie Dornan
⊱ MESSAGES POSTÉS : 262
⊱ POINTS DU POSTEUR : 1
⊱ ICI DEPUIS : 24/09/2014
⊱ TES CRÉDITS : bedshaped
⊱ EMPLOI/ÉTUDES : Plongeur à l'Aquarium
⊱ PSEUDO/PRÉNOM : Hana.

⊱ LIKE AN OPEN BOOK
⊱ UN PEU PLUS SUR MOI:

MessageSujet: Re: all my tears they've been used (Penny&Aaron)   Lun 29 Sep - 16:38


all my tears they've been used
PENNY&AARON

Mme Fitzbert, cette vieille dame est d'une gentillesse incroyable. Elle a le don pour le mettre de bonne humeur en temps normal, toujours un mot gentil à son égard. Aujourd'hui, il aurait souhaité prendre un autre chemin, celui ci est tortueux, semer d'embuches que le brun n'est pas prêt à contourner. Il ne peux prétendre l'avoir oublier, elle sait lire en lui comme dans un livre ouvert. Entre eux, ça c'est toujours déroulé de cette façon. Un regard, un sourire était suffisant pour faire passer un message. Beaucoup les jalousaient pour ça. Aucun n'aurait imaginé une fin à cette histoire impérissable. Surtout pas Aaron. Il ne sait pas bien si c'est à elle de lui rendre sa liberté où s'il aurait pu la prendre il y a des années et qu'il est trop accroc pour considérer cette décision. Il s'attèle à la tache, plus vite cette banderole sera collé, plus vite il pourra passer son chemin et continuer à ignorer les signes. Faire comme si sa vie n'était pas irrémédiablement liée à celle de Penny. Pas de bol, il lui manque du fil. Ne la regarde pas. se convint il. Elle lui adresse la parole, sa voix la fait frissonner de désir. Il lui faut quelques secondes pour se tourner vers elle. Il contemple le bout de fil coincé entre ses doigts. Une hésitation. Ce serait de la démence que de croire qu'un simple contact avec elle ne le ferait pas replonger. Il y va, il saute dans la cage au lion, récupérant le bout de fil qu'elle lui tend. Son cœur explose dans sa poitrine. Une décharge électrique. Il serre les dents, il veut se montrer fort, il veut laisser croire qu'il peut y arriver sans elle. Si elle ne le croit pas, les autres doivent en être persuadés.  

Il l'aime, il l'a toujours aimé et une part de lui l'aimera toujours. Il ne sait plus quoi faire avec ces sentiments. Ils le ramène constamment vers le passé. Un passé qu'il devrait mettre de côté si l'on en croit les propos de sa meilleure amie. Elle ne lui a jamais dit clairement mais ce qu'elle pense, il le sait : Mei est la bonne pour lui, pas Penny. Faut dire que la belle asiatique est la seule à lui redonner goût à la vie. Son regard croise celui de la blonde. Le fil lui échappe presque des mains et il manque de tomber de l'escabeau. Il aurait eut l'air bête les deux pieds en l'air.  Les passants les regardent interloqués. Dix ans pour attacher une banderole. Merci. lâche t-il à mi voix avant de finir le travail et descendre de son perchoir. Il se gratte la tête. Il aimerait trouver les mots. Savoir que dire. Mais il est trop maladroit pour réussir à devenir un simple ami. De toutes façons, tout son corps la réclame, il ne pourrait pas même s'il le voulait. Il ne s'était pas battu pour elle à son retour. Il n'avait pas non plus acclamé son concurrent en héros. Il s'était contenté de capituler pour le bonheur de sa douce. Il se frotte les mains dans un silence devenu gênant. La tension est palpable. Il aurait du déménager plutôt que de jouer les martyrs. Ce rôle ne lui va pas. Il le joue depuis trop longtemps et il s'est perdu dans les méandres du chagrin. Il veut partir mais elle se trouve être en face de lui. Il tente de la contourner et elle bouge exactement au même moment. Leurs têtes se cognent. Il se frotte la tête, ça fait mal, il manquerait plus qu'une bosse et ce serait la cerise sur le gateau. Quelle situation merdique. Il rit à gorge déployée, ses nerfs sont à fleur de peau. Rien de comique à ce point mais c'est plus fort que lui. On a vraiment l'air de deux adolescent à une boom. Autrement dit, de deux cons. Il recule d'un pas. La proximité est trop présente. C'est troublant. Son rire se calme.

_________________
ABSENTE DU DIMANCHE 5 OCTOBRE A... QUAND BOUYGUES VOUDRA BIEN ME LIVRER MA BOX.
always love.
i'm searching for your hand, all i have, all i need, is the air i would kill to breathe. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ♧ MY EX SAID TO MOVE ON.

⊱ TA CÉLÉBRITÉ : Amber Heard.
⊱ MESSAGES POSTÉS : 32
⊱ POINTS DU POSTEUR : 53
⊱ ICI DEPUIS : 26/09/2014
⊱ TES CRÉDITS : Wild heart (avatar), Wild heart (signature).
⊱ EMPLOI/ÉTUDES : Styliste à l'opéra, elle s'occupe et supervise la création de nouveaux costumes.
⊱ PSEUDO/PRÉNOM : Purpose.

⊱ LIKE AN OPEN BOOK
⊱ UN PEU PLUS SUR MOI:

MessageSujet: Re: all my tears they've been used (Penny&Aaron)   Lun 29 Sep - 18:23

all my tears they've been used
PENNY&AARON

Et si le goût de ses lèvres était si sucré, doux et différent de celui des autres, simplement pour lui rappeler ce qu'elle n'aurait plus ? Ce qu'elle a choisi d'ignorer ? De briser ? Elle ne s'était jamais posée la question. Elle avait préféré renoncer à Aaron et à tout ce qu'ils avaient de complémentaire. Et Penny s'en rendait compte à présent, lorsqu'elle l'avait pour la première fois depuis de longues années en face d'elle, sans son mari derrière son dos. Elle ne savait plus si c'était une erreur ou non. Elle aimait son mari, pourtant, quand Aaron lui rappelle ce qu'elle a laissé tomber, plus rien ne compte. Elle aurait pu vendre son âme au diable pour un sourire sincère de sa part.

Pénélope sent la tension palpable quand il hésite à prendre le fil de ses doigts. Elle sait qu'il est réticent, qu'il ne sait pas comme l'éviter, tout comme elle lorsqu'elle a mené un combat intérieur pour savoir si elle allait lui tendre. Elle y voit l'occasion dont elle a toujours rêvé pour le retrouver, s'expliquer peut être – un signe. Elle sent le bout de ses doigts contre la paume moite de sa main qu'elle retire comme si elle venait de se brûler, évitant son regard. Elle regrette immédiatement son geste de faiblesse et descend de l'escabeau lorsqu'elle croise à nouveau ses yeux. Affolés. Brûlants. Sa voix est toujours rauque et mielleuse. Les muscles de son dos toujours parfaitement dessinés sous sa chemise.
Penny essaye de fixer quelque chose du regard, alors elle sourit simplement à Mme Fitzbert qui les remercie gracieusement. Aaron ne semble pas en prendre conscience directement, essayant presque de s'enfuir. La blonde se mordit la lèvre inférieur en un tic qu'elle n'a pas perdu, avant de remettre furtivement une mèche de ses cheveux derrière son oreille. Désireuse de se sauver au plus vite, elle se rend alors compte qu'ils sont l'un en face de l'autre, comme deux idiots n'osant lever le regard vers l'autre. Elle sent son ombre sur elle, sa protection dont elle a tant manqué ces dernières années – chose qu'elle ne remarque qu'aujourd'hui. Jacob n'est pas un mari jaloux. Ni fouineur. Il est simple, il lui a accordé sa confiance au premier regard : pourquoi le quitterait-elle s'il faisait tout pour la rendre heureuse ? Et rien que sentir l'ombre d'Aaron lui serre le coeur au point qu'elle doute qu'il battera à nouveau normalement. Elle sait que ce dernier était toujours jaloux et possessif sans en abuser : elle était à lui, il était à elle. C'était comme un deal pré-établi au premier regard, dont personne n'a jamais parlé et qui a longtemps été respecté.

La belle sort de ses pensées lorsqu'elle lui fonce dedans. Ou qu'ils se foncent dedans. Ils ont la même réaction, faisant brusquement un pas en arrière, la main sur le front. Penny laisse retomber son bras dans un soupir. Comment peuvent ils devenir autant des étrangers ? Elle l'entend rire nerveusement et rit à son tour, comme s'ils essayaient de dissiper excitation et leurs émotions. Elle redevient peu à peu sérieuse, entre-ouvre les lèvres quand il décide de parler le premier. "On a vraiment l'air de deux adolescents à une boom." Il lui arrache un vrai sourire cette fois, et elle repasse à nouveau nerveusement sa main dans ses cheveux. Pénélope cherche un instant quoi dire." Peut-être que l'on pourrait recommencer par là alors." C'était dit – elle savait qu'il ne lui proposerait pas de la revoir, alors elle l'avait fait. Elle même ne savait pas si c'était un rencard ou une proposition perdue d'avance. Rien que ces vingt minutes l'un à côté de l'autre étaient la chose la plus dure à passer. Ils avaient failli ne pas accrocher cette banderole, tomber de leur escabeau pour finalement se foncer dedans – deux heures tous les deux et l'alerte tsunami serait déclenchée. Pourtant, la jeune femme avait l'impression de saisir sa dernière chance, la seule opportunité qu'il lui restait de faire revenir Aaron dans sa vie. Elle ne voulait jamais qu'il en sorte. Elle voulait s'expliquer, discuter, le garder en tant qu'ami à ses côtés, mais elle avait respecter son choix de s'éloigner d'elle, de l'oublier peut être.
Elle avait beaucoup de certitudes au sujet du jeune homme – il ne semblait pas avoir réellement changer. Mais la certitude qu'il tient encore à elle ne lui a même pas traversé l'esprit.

_________________

Je t'ai aimé tel que tu es, et jamais je ne te voudrai autrement, je t'ai aimé sans tout comprendre, convaincue que le temps m'en donnerait les moyens; peut-être qu'au milieu de tout cet amour, j'ai oublié parfois de te demander si tu m'aimais au point d'embrasser tout ce qui nous sépare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEMBER ♧ MY EX SAID TO MOVE ON.
avatar

MEMBER ♧ MY EX SAID TO MOVE ON.

⊱ TA CÉLÉBRITÉ : Jamie Dornan
⊱ MESSAGES POSTÉS : 262
⊱ POINTS DU POSTEUR : 1
⊱ ICI DEPUIS : 24/09/2014
⊱ TES CRÉDITS : bedshaped
⊱ EMPLOI/ÉTUDES : Plongeur à l'Aquarium
⊱ PSEUDO/PRÉNOM : Hana.

⊱ LIKE AN OPEN BOOK
⊱ UN PEU PLUS SUR MOI:

MessageSujet: Re: all my tears they've been used (Penny&Aaron)   Lun 29 Sep - 19:31


all my tears they've been used
PENNY&AARON

Contre toutes attentes, il a rit. Sincèrement. Avec une nervosité que même un enfant aurait perçu. Mais il a rit. Il en est capable. Il ne pensait pas que cela lui arriverait à nouveau, enfin pas aux côtés de Pénélope en tout cas. La main sur son front pour apaiser la douleur de ce choc frontal. Elle rit aussi et ça fait un bien fou. Six ans qu'il ne l'avait plus entendu, il en avait presque oublié cette sonorité un peu particulière. Enfantine. Il s'accorde une réplique qui sort très naturellement. Ces premiers mots en six longues années et ils sont si futiles. Un soulagement. C'est ça, ce sentiment d'un poids en moins sur la poitrine. Il lève les yeux vers elle. Il la regarde. Vraiment cette fois. Elle n'a pas changé. Sa silhouette fine et troublante est restée la même. Son sourire. Son regard. Rien n'a changé. Physiquement du moins car il reste tant de choses à explorer, à redécouvrir. Ces mots le touche. Il a envie de la prendre dans ses bras, de lui dire qu'il serait ravi de recommencer. Seulement, c'est plus fort que lui. Le passé est là, ils ne peuvent pas l'effacer. Ce serait folie de croire à une possible amitié entre eux. Il en est conscient. Il irait droit à l'abattoir. Sa proposition respire la sincérité et ses yeux brillants rêvent d'entendre les mots "pourquoi pas" sortir de la bouche du jeune homme. Il comprend à cet instant pourquoi il l'a évité tout ce temps. Ce n'était pas par plaisir. C'est parce que c'est douloureux de la voir, de passer du temps avec elle tout en sachant qu'elle ne sera plus jamais sienne. 

Il réfléchit. Trop longtemps pour que ce soit positif. Il se protège, il a le cœur en miettes. Si seulement c'était si simple. Ca ne l'ai pas, ça ne l'a jamais été. Il parait que les filles sont simples à comprendre. Les hommes seraient trop bêtes pour assimiler les signes, les codes. Il est paumé, il ne sait pas ce qu'elle cherche, ce qu'elle espère de lui. Si c'est une amitié, elle rêve éveillé. Il est incapable de la lui fournir. Il se demande même comment elle peut y songer, après tout ce qu'ils ont vécut ensemble. Autant demander la lune. Ça ne devrait plus le déranger qu'elle soit avec un autre, il ne devrait plus s’intéresser à elle de cette façon, il devrait même la détester. Et de la colère, il en a à revendre mais c'est impossible. Elle a tourner la page. Sa simple demande le prouve. Pour recommencer, il faut effacer le passé. Le fait qu'elle soit encline a supprimer chacun de leurs souvenir démontre que c'est de l'histoire ancienne. Je ne peux pas. Il lève les yeux au ciel. C'est fou ce que l'on peut regretter avec le recul. Il est paumé, ses pensées sont totalement incohérentes. Il n'arrive plus à faire face au torrent d'émotions qui l'assaille. Parce qu'avec le recul, je me dis que j'aurais sans doutes mieux fait de ne jamais t'embrasser, ce soir là, sur cette balançoire. Lors d'une fête alcoolisé. Il s'en souvient comme si c'était hier. Ils se connaissaient à peine l'époque mais l'alchimie était déjà révélée au grand jour.

Il est dur. Ces mots le sont. Il le pense et c'est ça le plus douloureux à encaisser. Pour lui aussi. Ce n'est pas simple de prononcer ces choses. Lui faire du mal n'est pas son intention. Il cherche juste à exprimer ces sentiments. Mettre ses émotions dans des maladresses verbales. Il est nul quand il s'agit de s'exprimer. Il s'y prend comme un pied. La première fois qu'il lui a dit je t'aime, c'était devant un bol de céréales au petit déjeuner alors qu'elle venait de renverser le pack de lait et qu'elle l'avait fait mourir de rire. Ya plus romantique vous me direz. Abrupte vérité. Si jamais il ne l'avait pas embrassé ce jour là. Il ne serait pas prisonnier de ses sentiments à l'heure qu'il est. Il serait capable de vivre une histoire d'amour véritable avec Mei qui sait. Et si seulement elle l'avait attendu... Enfin, avec des et si, on referait le monde. C'est bête, j'aurais pas du dire ça. Qu'est ce que t'attend de moi Penny ? lance t-il plus rageusement qu'il ne le souhaitait. Il est peut être temps d'avoir quelques réponses.

_________________
ABSENTE DU DIMANCHE 5 OCTOBRE A... QUAND BOUYGUES VOUDRA BIEN ME LIVRER MA BOX.
always love.
i'm searching for your hand, all i have, all i need, is the air i would kill to breathe. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ♧ MY EX SAID TO MOVE ON.

⊱ TA CÉLÉBRITÉ : Amber Heard.
⊱ MESSAGES POSTÉS : 32
⊱ POINTS DU POSTEUR : 53
⊱ ICI DEPUIS : 26/09/2014
⊱ TES CRÉDITS : Wild heart (avatar), Wild heart (signature).
⊱ EMPLOI/ÉTUDES : Styliste à l'opéra, elle s'occupe et supervise la création de nouveaux costumes.
⊱ PSEUDO/PRÉNOM : Purpose.

⊱ LIKE AN OPEN BOOK
⊱ UN PEU PLUS SUR MOI:

MessageSujet: Re: all my tears they've been used (Penny&Aaron)   Mer 1 Oct - 20:58

all my tears they've been used
PENNY&AARON

Il sourit. Pénélope se rappelle le nombre de matins et le nombre d'heures innombrables qu'elle a alors passé à le regarder dormir et sourire. Car il souriait quand il dormait, même s'il ne le savait pas. Comme lorsqu'il se blottissait contre elle, en disant des mots dans son sommeil, des mots que la jeune femme ne comprenait pas. Cent fois, c'est le chiffre exact de fois où il l'a fait.

Les longues secondes qu'il prend à répondre lui paraissent être un éternité. Elle est là, en train d'attendre que le seul prince charmant de sa vie passe aux aveux afin de signer son arrêt de mort. Penny avait tant espéré le revoir, tant espéré, dans le plus grand des secrets, pouvoir enfin lui reparler. Savoir qu'il en avait envie aussi. C'était un signe aujourd'hui, comme il en parlait souvent, des signes que la vie nous dessine et dont Pénélope ne croyait pas, même si elle avait fini par se rendre à sa raison. Maintenant, c'était plutôt la raison du pire. Les seuls sentiments qui traversent son coeur à présent sont la peur et quelque chose d'indéchiffrable qui tord cet organe sensible dans tous les sens – elle aurait tant voulu que ça marche. Elle croit suffoquer en attendant que ses lèvres s'entrouvrent pour la délivrer ou la faire chuter – elle pensait tellement vouloir entendre ce qu'il avait à lui dire qu'elle avait oublié à quelle point ça pourrait lui faire du mal. Sombre idiote. La vérité, elle s'en rend compte à présent, ne sera pas belle à entendre, comme la trahison, des années auparavant. Lorsqu'elle était jeune et rêvait d'un mariage et d'une famille à côté de sa carrière. Lorsqu'elle n'avait pas pu supporter le poids de la distance, de la maladie, de l'abandon. La pression.
Il y a avait toujours eu entre eux comme une évidence, un élan, une alchimie. Un sentiment primitif qui remontait aux peurs et aux espoirs de l'enfance. La certitude vertigineuse d'être enfin face à la personne capable de combler le vide, de faire taire les peurs et de guérir les blessures du passé. Mais les blessures cette fois, c'est elle qui les a infligées.

Si seulement c'était si simple.
Et c'était comme si l'univers s’effondrait. Elle aurait tout donné pour lui, ses rêves, la réalité, rien n'a marché. Elle pensait que ses propres plaies avaient cicatrisées – combien de temps faudrait-il encore ? Combien de temps, pour ne pas penser à lui, contrôler les battements de son coeur lorsqu'elle croit le voir, ne plus attendre que le téléphone sonne. Combien de temps pour s'empêcher d'imaginer sa vie avec des autres femmes ? Car même si elle aime Jacob du plus profond de son être, il n'a jamais pu remplacer Aaron. Elle avait pensé mille fois à le retrouver, mais là aussi, elle avait eu peur qu'il ne la croie pas, peur de ne pas savoir réinventer le rire à deux, peur qu'il ne soit plus celui qu'elle avait aimé, et surtout, peur de le perdre à nouveau. Peur d'abandonner sa vie et son confort – elle était devenue une femme d'intérieur. Elle avait été apprivoisée et même si elle n'en donnait pas l'impression, au fond, elle savait.

Je ne peux pas. Parce qu'avec le recul, je me dis que j'aurais sans doutes mieux fait de ne jamais t'embrasser, ce soir-là, sur cette balançoire.
Penny reste forte, mais elle ne serait pas étonnée que son corps se dérobe sous ses pieds – elle à eu ce qu'elle a cherché. C'est vrai, que croyait-elle ? Que l'on efface cet amour, qu'on puisse l'écraser puis vouloir qu'il soit le même à nouveau ? Le pardon ? L'acte est impardonnable. Elle baisse les yeux et se penche afin de ramasser son sac à main. Elle les relève et croise son regard – elle voit que c'est dur pour Aaron aussi. Qu'il a mal de lui faire du mal. Elle fuit ses yeux en regardant le monde extérieur dont elle semble coupée pour toujours. Rien ne sera désormais plus pareil, comme depuis ce jour où elle a rencontré son mari.

C'est bête, je n'aurais pas du dire ça. Qu'attends tu de moi, Penny ?
Ses mots sont froids, durs, distants. Haineux, presque. Elle aurait voulu que leurs conversations reprennent, continuer à pouvoir lui poser mille questions et entendre les mille réponses qu'il lui donnait, même lorsqu'il les inventait. Elle aurait voulu pouvoir encore sentir sa main dans la sienne, marcher à ses côtés. Et surtout qu'il revienne, qu'il la prenne dans ses bras et qu'ils repartent marcher ensemble le long des côtes. Elle aurait voulu entendre le son de sa voix, être rassurée de son regard, comme autrefois. Mais elle comprenait à présent. Pénélope sait ce qu'il éprouve – cette nausée qui se répand comme un cancer, cette rage impuissante, ce besoin d'oublier et de refouler les souvenirs au fond du trou noir où ils continuent de vivre. Un peu d'elle est entré en lui et l'a contaminé comme un poison. Il en a fait de même.

“Je ne sais pas, Aaron. Je ne sais plus maintenant. Je ne sais même pas ce que j'avais espéré. Peut être de discuter de ce qu'il s'est passé il y a six ans autour d'un café, ou même juste d'une table. Sur un banc. Je pensais que ça méritait mieux qu'un bout de trottoir devant une banderole de soldes. Je pensais que ça méritait au moins un peu mieux que six ans d'attente et de silence. Mais j'ai compris que non.”

L'attaque est la meilleure défense, dit-on. Pénélope avait toujours eu un caractère bien trempé, mais elle ne se rappelait pas qu'ils s'étaient réellement disputés une fois. Bien sur, de temps en temps, une histoire de jalousie ou d'incompréhension, mais elle s'est toujours demandée si ce n'était pas pour mieux se retrouver. Aujourd'hui, elle est blessée. Il a planté un couteau dans ses plaies et l'a tourné jusqu'à ce que la chaire en sorte et que ses os se brisent.
Jacob et elle, en revanche, se disputaient souvent, mais l'enjeu était moindre – depuis qu'ils n'arrivaient pas à avoir d'enfants, les disputes semblaient inutiles, dénuées d'intérêt. Superficielles. Et aucune ne l'a jamais touchée comme celle-ci.

_________________

Je t'ai aimé tel que tu es, et jamais je ne te voudrai autrement, je t'ai aimé sans tout comprendre, convaincue que le temps m'en donnerait les moyens; peut-être qu'au milieu de tout cet amour, j'ai oublié parfois de te demander si tu m'aimais au point d'embrasser tout ce qui nous sépare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEMBER ♧ MY EX SAID TO MOVE ON.
avatar

MEMBER ♧ MY EX SAID TO MOVE ON.

⊱ TA CÉLÉBRITÉ : Jamie Dornan
⊱ MESSAGES POSTÉS : 262
⊱ POINTS DU POSTEUR : 1
⊱ ICI DEPUIS : 24/09/2014
⊱ TES CRÉDITS : bedshaped
⊱ EMPLOI/ÉTUDES : Plongeur à l'Aquarium
⊱ PSEUDO/PRÉNOM : Hana.

⊱ LIKE AN OPEN BOOK
⊱ UN PEU PLUS SUR MOI:

MessageSujet: Re: all my tears they've been used (Penny&Aaron)   Jeu 2 Oct - 9:25


all my tears they've been used
PENNY&AARON

Il n'a jamais sincèrement comprit pourquoi elle ne l'avait pas attendue. Ils étaient bien ensembles. Ils allaient se marier, elle lui avait promis qu'elle sera toujours là pour lui. Elle était la seule avec qui il visualisait un futur. Des explications, il en avait eut quelques unes, plutôt flous mais il avait comprit ce jour là qu'elle se dérobait à lui. Il ne pouvait rien y faire. Elle n'était plus sienne. Elle appartenait à un autre. La jalousie l'avait piqué mais il avait supposé que c'était le mieux pour elle. Elle l'avait choisit. Après ça, il avait eut besoin de rester éloigné, le plus loin possible de ce couple. Les voir se tenir la main, c'était trop pour lui. La douleur masqué sous un visage serein revenait le hanter la nuit. Il pose une question, parce que cette réponse devient vitale. Ce qu'elle espérait qu'il fasse, il ne l'a jamais vraiment su. Il a préféré fuir. Il a même pensé quitter la ville un instant. Il n'avait plus rien à quoi s'accrocher ici. Si son job ne lui avait pas tant plus, il l'aurait fait. Elle lui confie qu'elle veut juste parler. Discuter autour d'un café. C'est facile pour elle, elle est avec Jacob. Lui est seul, enfin, il a Mei, mais on ne peut pas appeler trois parties de jambes en l'air par semaine une relation. Il ne veut pas être son ami. Elle est en colère, lui aussi. Il voudrait ne pas l'être mais c'est plus fort que lui. Il la regarde. Silencieux. Pour dire quoi ? Il lève les bras au ciel. Tu veux discuter ? Bien, discutons. Il lui prend la main et l'attire sur le banc le plus proche. Il s'assoit. Elle ne sait pas que juste discuter le ramène au fond du gouffre. En proie à des sentiments qu'il s'évertue à ancrer au fond de lui, sous une tonne de faux semblants.

Elle a touché son âme, son cœur, elle a laissé son empreinte à jamais. Elle n'a apparemment même pas conscience de l'emprise qu'elle a sur lui. Il la regarde, furieux. Ce n'est pas dans ses habitudes. Il est quelqu'un de calme, considéré comme froid le plus souvent. Elle agit comme si il lui devait quelque chose. Ca l'exaspère. Elle n'a pas entièrement tort. Le souvenir de leurs moments passés ensemble devrait lui octroyer ce droit mais c'est plus fort que lui. La voir, si proche, rappelle trop de choses. Lui remémore tristement qu'il l'a perdu. Elle semble encline à enfoncer le couteau dans la plaie, parce que c'est tout ce que ça va permettre cette discussion. Il n'y aura ni plénitude, ni absolution après. Je t'écoute qu'est ce que tu veux dire sur cette journée ? Il y a six ans. Parce que si tu espères que l'on puisse devenir amis. Oublie. crache t-il froidement. Il tente de lui faire comprendre que tout est révolue, que leurs relation n'a plus lieu d'être. La page n'est pas tournée. Elle ne le sera sans doute jamais. C'est ainsi. Il se rend compte à cet instant que sa main est toujours sur celle de Penny. L'animosité l'avait presque fait oublier ce détail. Ce n'est pas fini entre eux. Ce ne sera jamais fini. Quoi qu'ils en disent. Ils peuvent se voiler la face autant que possible, l'évidence est là. Il retire sa main et son regard se perd dans l'azur de ses iris. Il baisse la tête et reprend plus calmement : J'ai cru que tu m'attendrais. C'est dit. Ces mots lui brulent les lèvres depuis six ans. Ils les pensaient salvateurs mais c'est le contraire qui se produit. La douleur croit en lui. Avouer ça lui coute beaucoup. Elle l'a dévasté, elle lui a prit son essence. Il lui appartient, et même s'il voulait changer ça. Quelque chose, un sentiment profond le ramène toujours à elle.

Les yeux rivés sur le sol. Quelques souvenirs lui reviennent en mémoire, leurs première fois, au coin du feu. C'était physique, il a apprit à être un amant extraordinaire avec elle. Elle n'a pas froid aux yeux. Son corps l'inspirait et ses sentiments décuplaient le désir. Elle est la raison qui fait qu'il n'a pas pu se reconstruire. Ces six années, il a apprit une chose : il ne peut pas exister sans elle. Il n'est pas complètement lui. Le serpent qui se mort la queue, il ne peut pas échapper à tout ça. Il aurait aimé la laisser partir mais le destin se joue de lui et la remet toujours sur sa route.

_________________
ABSENTE DU DIMANCHE 5 OCTOBRE A... QUAND BOUYGUES VOUDRA BIEN ME LIVRER MA BOX.
always love.
i'm searching for your hand, all i have, all i need, is the air i would kill to breathe. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ♧ MY EX SAID TO MOVE ON.

⊱ TA CÉLÉBRITÉ : Amber Heard.
⊱ MESSAGES POSTÉS : 32
⊱ POINTS DU POSTEUR : 53
⊱ ICI DEPUIS : 26/09/2014
⊱ TES CRÉDITS : Wild heart (avatar), Wild heart (signature).
⊱ EMPLOI/ÉTUDES : Styliste à l'opéra, elle s'occupe et supervise la création de nouveaux costumes.
⊱ PSEUDO/PRÉNOM : Purpose.

⊱ LIKE AN OPEN BOOK
⊱ UN PEU PLUS SUR MOI:

MessageSujet: Re: all my tears they've been used (Penny&Aaron)   Lun 6 Oct - 11:41

all my tears they've been used
PENNY&AARON


Qu'est ce qui l'avait fait partir? Même Penny n'en a aucune idée. Surement qu'elle rêvait d'un idéal qu'elle avait pu atteindre avec Jacob – c'est vrai qu'elle était utopique. Elle croyait au bonheur, elle le voulait, le désirait. C'était sa quête, ce pourquoi elle avait envie de se lever le matin, ignorant encore à cet âge qu'elle était en plein dedans avec Aaron. On pense souvent que le bonheur est ailleurs, qu'il est bien meilleur lorsque l'on a quelqu'un à qui parler, ou même chez la personne qui habite en face de chez nous. Simplement parce qu'elle nous expose une famille parfaite et un sourire colgate à demi-sincère à chaque rencontre. On ignore que notre voisine bat son mari, et même que ses enfants ne sont pas les siens. On ignore que ce n'est qu'une facade, comme la blonde a à son tour appris à s'en forger une. On ignore tout parce qu'on est avide de sensations, de vitesse, on ne veut pas gaspiller son temps, alors que c'est sa vie qu'on gaspille. Pénélope voulait vivre fort, vite et bien. Et chaque jour, elle s'efforcait de vivre du mieux qu'elle pouvait, de vivre le plus possible, ayant sans cesse l'impression que ce n'était pas assez. Pourtant, il ne lui manquait rien. Sauf la patience. Et puis a un moment, elle avait arrêté de chercher le bonheur, se rendant compte qu'il était sous ses yeux, depuis le début. C'était alors trop tard.

Le courant élecrtrique venait de passer des doigts d'Aaron aux siens. Ou inversement. Il avait pris sa main pour l'entraîner vers un banc. Elle s'est alors amèrement rappelée la fois où il l'avait obligée à se traîner en jogging pour faire un footing. Il aimait la taquiner sur le fait que courir n'était pas forcément son fort, alors même que son corps était mieux dessiné que celui d'une athlète. Il l'avait donc trainée de force dans le parc. Quand Penny exprimait toute sa réticence et sa désinvolture, il l'avait tirée par le bras pour qu'elle atterisse finalement au creux de ses bras, contre son t-shirt en sueur en faisant une mine dégoutée. Il lui avait avoué qu'il ne comprenait pas comment elle pouvait avoir tant d'endurance sans bouger de la journée. “J'ai un bon professeur la nuit” lui avait-elle susurré. Elle avait adoré ce moment, presque seuls au monde et au milieu de tant de gens. Ils avaient tellement partagé, tant d'histoires et d'anecdotes qu'elle avait du en oublier des milliers. Chaque jour était une aventure. Et c'est maintenant qu'elle ouvre les yeux.

Ces pensées la mirent dans tous ses états : elle qui se contrôlait si souvent devant l'adversité, avec ses belles manières durement apprises et son calme arrangé, elle explosa. Elle sentait ses doigts, encore sous ceux d'Aaron, trembler frénétiquement et un rire nerveux sortit d'entre ses lèvres, du fond de ses entrailles. Non, je ne veux pas que l'on devienne amis. Mensonge. Comment le pourrait-on ? Tu me vois et ton univers semble s'écrouler. Je te vois et tout ce que je croyais acquis n'est plus qu'un vague souvenir. Tu ne veux pas savoir ce que j'ai ressenti à ce moment là ? Bien. Figures toi que tu ne mesures pas l'ampleur des dégâts.
Elle est plongée au fond de ses yeux, oubliant la vie et les personnes qui marchent le long des trottoirs, oubliant les âmes vides qui rentrent du travail, presque hystérique. Son sang est prêt à exploser pour sortir de ses artères, sa tension atteignant un niveau inatteignable. J'ai cru que tu m'attendrais.
Penny ne savait pas quoi répondre. Elle l'avait cru aussi. Elle avait espéré pouvoir le faire. Comment lui faire comprendre quelque chose qu'elle même ne comprenait pas ? Une rencontre, une pulsion et une vie brisée. Elle comprenait son entêtement à ne pas vouloir la voir, elle avait bafoué sa confiance. Comment lui expliquer qu'elle cru qu'il ne reviendrait jamais ? Qu'il était si loin de tout, de tout le monde, si loin d'elle et tellement ailleurs qu'il n'avait pas compris qu'ils vivaient une vie différente ? Pénélope avait été confrontée à la réalité de cette ville : des bars, des hommes, de ceux qui peuvent vous offrir New York en un claquement de doigt. Et des femmes avec des rêves. Elle en avait eu – Jacob lui avait offert de les exaucer. Et après des mois, avec si peu de nouvelles, elle n'avait pas eu d'autre choix que de les accepter, de considérer son offre. De l'aimer. Pour la simple et bonne raison qu'elle serait devenue folle sans lui. Il avait été sa bouée de sauvetage, sa roue de secours.

Tu étais si loin, coupé du monde. Tu ne comprends pas ce qui s'est joué ici. Si les rôles avaient été inversés, je crois que tu aurais joué les cartes comme moi. Je ne sais pas Aaron, merde, j'ai répété ce moment des milliers de fois dans ma tête, quand l'insomnie me guettait, et putain, maintenant que t'es là, je n'ai même plus une pensée cohérente qui transite par cet imbécile de cerveau ! Jamais elle n'avait autant juré. Jamais elle n'avait autant dit la vérité. Même son coeur semblait dénué de sensations, totalement froissé, surement à l'agonie. L'absence d'Aaron avait finalement occupé sa vie toutes ses années, à trop se révéler dans l'effort insensé de vouloir l'oublier.

J'ai cru que tu voudrais te battre pour moi. Que j'en valais la peine. Que je valais la peine d'essayer. Et ça m'a donné l'impression que tout ça ne signifiait rien pour toi, et que j'avais fais la bonne chose.
La vie de Pénélope ressemble à présent à une série de gifles cinglantes qui ponctuent quelques brèves parenthèses de raison. Encore une fois, elle attend la prochaine attaque, la prochaine revendication. La prochaine claque dans la gueule.

_________________

Je t'ai aimé tel que tu es, et jamais je ne te voudrai autrement, je t'ai aimé sans tout comprendre, convaincue que le temps m'en donnerait les moyens; peut-être qu'au milieu de tout cet amour, j'ai oublié parfois de te demander si tu m'aimais au point d'embrasser tout ce qui nous sépare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: all my tears they've been used (Penny&Aaron)   

Revenir en haut Aller en bas
 

all my tears they've been used (Penny&Aaron)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ## Version 24/04
» Aaron Leandre ♫♪
» [COURT]Archetype par Aaron Sims
» ❛❛ Ce monde m'insupporte... ❜❜ ☇ Aaron.
» (m) - AARON JONHSON - Matthew Alex Roswood

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ just ask my ex. ::  :: calhoun street-